Catégories
Actualités

Le niveau des salaires en 2019 dans la #FPT

1993 euros net mensuels dans la #FPT.

Catégories
Actualités

Les 600 euros de la prime d’intéressement à la performance collective dans la #FPT

L’article L714-7 du Code général de la fonction publique dispose que l’organe délibérant d’une collectivité ou d’un établissement public mentionné à l’article L. 4 peut décider, après avis du comité social territorial, d’instituer une prime d’intéressement tenant compte de la performance collective des services.

Le plafond annuel de la prime d’intéressement à la performance collective des services dans les collectivités territoriales est fixé à 600 euros (plafond annuel fixé par le décret n°2012-625).

Les modalités sont les suivantes : après avis du Comité Social Territorial, l’autorité territoriale fixe les objectifs à atteindre et les types d’indicateurs à retenir, pour une période de six ou douze mois consécutifs; et détermine le montant maximal de la prime d’intéressement à la performance collective des services susceptible d’être attribuée, aux agents (dans la limite de 600 euros).

Sources :

Prime d’intéressement à la performance collective des services dans les collectivités territoriales et leurs établissements publics.

Décret n° 2012-624 du 3 mai 2012 pris en application de l’article 88 de la loi n° 84-53 du 26 janvier 1984 portant dispositions statutaires relatives à la fonction publique territoriale et fixant les modalités et les limites de la prime d’intéressement à la performance collective des services dans les collectivités territoriales et leurs établissements publics.


Décret n° 2012-625 du 3 mai 2012 fixant le plafond annuel de la prime d’intéressement à la performance collective des services dans les collectivités territoriales et leurs établissements publics.

Catégories
Actualités

Qu’est-ce que la médaille du travail dans la #FPT ?

Attention, « la médaille du travail » ne concerne pas les agents du service public.

Dans la fonction publique territoriale, on parle de « médaille d’honneur régionale, départementale et communale ».

La médaille d’honneur régionale, départementale et communale vise à récompenser la compétence professionnelle et la durée des services rendus des agents ayant accomplis des services pour le compte de collectivités territoriales. Le statut des agents des collectivités territoriales (contractuels, auxiliaires, vacataires) n’est pas un critère d’attribution de cette décoration.

Catégories
Actualités

Comment ça coûte vraiment d’augmenter le point d’indice ?

Une hausse de 1 % du point d’indice représenterait, toutes fonctions publiques confondues, un coût annuel brut d’environ 2,1 milliards d’euros pour les 3 fonctions publiques et 770 millions pour la FPT.

Source : rapport de l’Assemblée nationale, rapport spécial « Fonction publique » annexé au PLF 2018 p.32.(https://www.assemblee-nationale.fr/dyn/15/rapports/cion_fin/l15b0273-tiii-a26_rapport-fond.pdf)

Catégories
Actualités

La politique salariale dans la fonction publique

Publication d’une note sur la politique salariale dans la fonction publique (François ECALLE / FIPECO).

Catégories
Actualités

Guide sur la rémunération des agents territoriaux

Guide du SNDGCT consacré à la part de rémunération variable des agents territoriaux.

Catégories
Actualités

Perspectives salariales de la fonction publique

Paul Peny et Jean-Dominique Simonpoli ont remis, le 14 mars 2022, leur rapport sur les perspectives salariales de la fonction publique.

Catégories
Actualités

On connait le nouveau minimum de traitement !

Le minimum de traitement dans la fonction publique, auparavant fixé à l’indice majoré 343 (indice brut 371) est désormais porté à l’indice majoré 352 (indice brut 382).

Le décret n° 2022-586 du 20 avril 2022 paru le 21 avril fixe le minimum de traitement pour tous les contractuels et tous les fonctionnaires exerçant à temps complet à l’indice majoré à 352 à partir du 1er mai 2022 : 1649,48 € brut mensuel soit 1 309,20 € net mensuel.

9 points d’indice majoré supplémentaire soit 42,17 € brut en plus par mois (la valeur d’un point d’indice s’élève à 4.68602 € depuis le 1er février 2017).

Tous les agents occupant (à temps complet) un emploi doté d’un indice inférieur à l’indice majoré 352 percevront donc au 1er mai 2022 le traitement afférent à l’indice majoré 352 (indice brut 382).

Sont concernés :

  • les 7 premiers échelons de la grille C1 (adjoint technique, adjoint administratif…),
  • les 3 premiers échelons de la grille C2 (adjoint technique principal de seconde classe, adjoint administratif principal de seconde classe…),
  • les 3 premiers échelons de la grille des agents de maîtrise
  • et les 2 premiers de la grille B1 (ex. : techniciens, rédacteurs)
Catégories
Actualités

Le Smic mensuel net passera de 1 269 € à 1 302,64 €, quel impact pour le minimum de traitement des fonctionnaires ?

Depuis le 1er janvier 2022, le minimum de traitement est fixé à l’indice majoré 343, correspondant à l’indice brut 371. Le traitement de base indiciaire s’établit à 1 607,31 € brut mensuels pour un temps complet, soit 1 275,71 € net mensuels.

Avec un Smic à 1645,58 € brut soit 1302,64 € net, il semble indispensable que le minimum de traitement des fonctionnaires soit revalorisé.

Faisons une simulation pour avoir une idée du prochain minimum de traitement.

Formule utilisée : Smic brut divisé par la valeur du point d’indice de la fonction publique = minimum de traitement prévisionnel.

Soit 1645,58 € / 4,6860 € = 351,1

Il apparaît donc probable que le minimum de traitement de la fonction publique soit fixé à 351.

A partir de cette simulation, on peut en déduire des nouvelles conséquences sur les grilles indiciaires puisque de nombreux échelons sont actuellement en dessous de l’indice 351 :

  • Grille C1 (adjoint technique/adjoint administratif…) les 6 premiers échelons sont en dessous de l’indice 351. Jusqu’au 7ème échelon de la grille C1, les agents sont payés au salaire minimum…
  • Les 3 premiers échelons de la grille C2 (adjoint technique principal seconde classe, adjoint administratif principal de seconde classe…) sont en dessous de l’indice 351 (salaire minimum).
  • Les 3 premiers échelons de la grille des agents de maîtrise sont en dessous de l’indice 351 (salaire minimum).
  • Les 2 premiers échelons de la grille B1 (rédacteur territorial, technicien territorial…) sont en dessous de l’indice 351 (salaire minimum).

Catégories
Actualités

Modification de la médecine préventive dans la #FPT

Le décret n° 2022-551 du 13 avril 2022 relatif aux services de médecine de prévention dans la fonction publique territoriale est paru au JO ce 15 avril et entre en vigueur le 16 avril 2022.

Ce décret modifie le décret n°85-603 du 10 juin 1985 relatif à l’hygiène et à la sécurité du travail ainsi qu’à la médecine professionnelle et préventive dans la fonction publique territoriale :

TITRE I : Règles relatives à l’hygiène et à la sécurité et contrôle de leur application

Article 1

Modifié par Décret n°2022-551 du 13 avril 2022 – art. 22

Le présent décret s’applique aux collectivités et établissements mentionnés à l’article L. 4 du code général de la fonction publique.

Article 2

Dans les collectivités et établissements mentionnés à l’article 1er, les locaux et installations de service doivent être aménagés, les équipements doivent être réalisés et maintenus de manière à garantir la sécurité des agents et des usagers. Les locaux doivent être tenus dans un état constant de propreté et présenter les conditions d’hygiène et de sécurité nécessaires à la santé des personnes.

Article 2-1

Création Décret n°2000-542 du 16 juin 2000 – art. 2 ()

Les autorités territoriales sont chargées de veiller à la sécurité et à la protection de la santé des agents placés sous leur autorité.

Article 3

Modifié par Décret n°2022-551 du 13 avril 2022 – art. 22

En application de l’article L. 811-1 du code général de la fonction publique, dans les services des collectivités et établissements mentionnés à l’article 1er, les règles applicables en matière de santé et de sécurité sont, sous réserve des dispositions du présent décret, celles définies aux livres Ier à V de la quatrième partie du code du travail et par les décrets pris pour leur application, ainsi que par l’article L. 717-9 du code rural et de la pêche maritime.

Des arrêtés conjoints du ministre chargé des collectivités territoriales et du ministre chargé du travail déterminent, après avis du Conseil supérieur de la fonction publique territoriale, les modalités particulières d’application exigées par les conditions spécifiques de fonctionnement de certains services.

Article 3-1

Modifié par Décret n°2016-1624 du 29 novembre 2016 – art. 1

Un registre coté de santé et de sécurité au travail est ouvert dans chaque service et tenu par les agents mentionnés à l’article 4. Ce document contient les observations et suggestions des agents relatives à la prévention des risques professionnels et à l’amélioration des conditions de travail.

Le registre de santé et de sécurité au travail est mis à la disposition de l’ensemble des agents et, le cas échéant, des usagers. Il est également mis à la disposition des agents chargés d’une fonction d’inspection mentionnés à l’article 5 et du comité mentionné à l’article 37.

Article 4 (abrogé)

Abrogé par Décret n°2008-339 du 14 avril 2008 – art. 4 (V)
Modifié par Décret n°2000-542 du 16 juin 2000 – art. 3 ()

L’autorité territoriale désigne, dans les services des collectivités et établissements visés à l’article 1er avec l’accord du ou des agents concernés et après avis du comité mentionné à l’article 39 le ou les agents chargés d’assurer, sous sa responsabilité, la mise en oeuvre des règles d’hygiène et de sécurité.

Article 4

Modifié par Décret n°2022-551 du 13 avril 2022 – art. 22

Dans le champ de compétence du comité mentionné à l’article 37, des assistants de prévention et, le cas échéant, des conseillers de prévention sont désignés par l’autorité territoriale sous l’autorité de laquelle ils exercent leurs fonctions. Les assistants de prévention constituent le niveau de proximité du réseau des agents de prévention. Les conseillers de prévention assurent une mission de coordination. Ils sont institués lorsque l’importance des risques professionnels ou des effectifs le justifie.

Les agents mentionnés au premier alinéa peuvent être mis à disposition, pour tout ou partie de leur temps par une commune, l’établissement public de coopération intercommunale dont est membre la commune, ou le centre de gestion, dans les conditions prévues à l’article L. 812-1 du code général de la fonction publique.

L’autorité territoriale adresse aux agents mentionnés au premier alinéa une lettre de cadrage qui définit les moyens mis à leur disposition pour l’exercice de leurs missions. Une copie de cette lettre est communiquée au comité, mentionné à l’article 37, dans le champ duquel l’agent est placé.

Les dispositions du présent article et de l’article 4-1 sont sans incidence sur le principe de la responsabilité de l’autorité territoriale mentionnée à l’article 2-1.

Article 4-1

Modifié par Décret n°2016-1624 du 29 novembre 2016 – art. 1

I. – La mission des agents mentionnés à l’article 4 est d’assister et de conseiller l’autorité territoriale auprès de laquelle ils sont placés, dans la démarche d’évaluation des risques et dans la mise en place d’une politique de prévention des risques ainsi que dans la mise en œuvre des règles de sécurité et d’hygiène au travail visant à :

1° Prévenir les dangers susceptibles de compromettre la sécurité ou la santé des agents ;

2° Améliorer les méthodes et le milieu du travail en adaptant les conditions de travail en fonction de l’aptitude physique des agents ;

3° Faire progresser la connaissance des problèmes de sécurité et des techniques propres à les résoudre ;

4° Veiller à l’observation des prescriptions législatives et réglementaires prises en ces matières et à la bonne tenue du registre coté de santé et de sécurité au travail dans tous les services.

II. – Au titre de cette mission, les agents mentionnés à l’article 4 :

1° Proposent des mesures pratiques propres à améliorer la prévention des risques ;

2° Participent, en collaboration avec les autres acteurs, à la sensibilisation, l’information et la formation des personnels.

3° Participent, en lien avec l’autorité territoriale, à l’élaboration des projets de délibération prévus à l’article 5-6.

III. – Le conseiller de prévention ou, à défaut, l’un des assistants de prévention est associé aux travaux du comité mentionné à l’article 37. Il assiste de plein droit, avec voix consultative, aux réunions de ce comité, lorsque la situation de la collectivité auprès de laquelle il est placé est évoquée.

Article 4-2

Modifié par Décret n°2022-551 du 13 avril 2022 – art. 22

En application du 2° de l’article L. 422-21 du code général de la fonction publique, une formation préalable à la prise de fonction et une formation continue sont dispensées aux agents désignés en application de l’article 4 en matière de santé et de sécurité.

Les modalités de cette formation sont définies par arrêté conjoint du ministre chargé du travail et du ministre chargé des collectivités territoriales.

Article 5

Modifié par Décret n°2022-551 du 13 avril 2022 – art. 22

L’autorité territoriale désigne également, après avis du comité mentionné à l’article 37, le ou les agents qui sont chargés d’assurer une fonction d’inspection dans le domaine de la santé et de la sécurité. Elle peut passer convention avec le centre de gestion pour la mise à disposition de tels agents dans le cadre de l’article L. 452-44 du code général de la fonction publique.

Ces agents ne peuvent être ceux mentionnés à l’article 4.

L’autorité territoriale élabore une lettre de mission, qui est transmise pour information au comité, mentionné à l’article 37. Dans le cas d’un agent mis à disposition par le centre de gestion, la lettre de mission est établie sur la base de la convention passée avec le centre de gestion et transmise pour information au comité mentionné à l’article 37 de la collectivité territoriale ou de l’établissement dans lequel l’agent est amené à exercer ses fonctions.

Ces agents contrôlent les conditions d’application des règles d’hygiène et de sécurité et proposent à l’autorité territoriale compétente toute mesure qui leur paraît de nature à améliorer l’hygiène et la sécurité du travail et la prévention des risques professionnels. Dans ce cadre, ils ont librement accès à tous les établissements, locaux et lieux de travail dépendant des services à inspecter et se font présenter les registres et documents imposés par la réglementation. En cas d’urgence ils proposent à l’autorité territoriale les mesures immédiates qu’ils jugent nécessaires. L’autorité territoriale les informe des suites données à leurs propositions.

En application du 2° de l’article L. 422-21 du code général de la fonction publique, une formation en matière d’hygiène et de sécurité est assurée à ces agents préalablement à leur prise de fonction. Les modalités de cette formation sont définies par arrêté conjoint du ministre chargé du travail et du ministre chargé des collectivités territoriales.

Les agents chargés d’une fonction d’inspection dans le domaine de la santé et de la sécurité peuvent assister avec voix consultative aux réunions du comité mentionné à l’article 37, lorsque la situation de la collectivité auprès de laquelle il est placé est évoquée.

L’autorité territoriale ou le centre de gestion peut demander au ministre chargé du travail de lui assurer le concours des agents des services de l’inspection du travail, soit pour des missions permanentes, soit pour des interventions temporaires.

Article 5-1

Modifié par Décret n°2012-170 du 3 février 2012 – art. 6

Si un agent a un motif raisonnable de penser que sa situation de travail présente un danger grave et imminent pour sa vie ou pour sa santé ou s’il constate une défectuosité dans les systèmes de protection, il en avise immédiatement son supérieur hiérarchique.

Il peut se retirer d’une telle situation.

L’autorité territoriale prend les mesures et donne les instructions nécessaires pour permettre aux agents, en cas de danger grave et imminent, d’arrêter leur activité et de se mettre en sécurité en quittant immédiatement leur lieu de travail.

Aucune sanction ne peut être prise, aucune retenue de rémunération ne peut être effectuée à l’encontre d’agents qui se sont retirés d’une situation de travail dont ils avaient un motif raisonnable de penser qu’elle présentait un danger grave et imminent pour leur vie ou pour leur santé.

La faculté ouverte au présent article doit s’exercer de telle manière qu’elle ne puisse créer pour autrui une nouvelle situation de danger grave et imminent.

L’autorité territoriale ne peut demander à l’agent qui a fait usage de son droit de retrait de reprendre son activité dans une situation de travail où persiste un danger grave et imminent résultant notamment d’une défectuosité du système de protection.

La détermination des missions de sécurité des personnes et des biens qui sont incompatibles avec l’exercice du droit de retrait individuel défini ci-dessus en tant que celui-ci compromettrait l’exécution même des missions propres de ce service, notamment dans le cadre de la sécurité civile et de la police municipale, est effectuée par voie d’arrêté interministériel du ministre chargé des collectivités territoriales, du ministre chargé du travail et du ministre dont relève le domaine, pris après avis du Conseil supérieur de la fonction publique territoriale.

Article 5-2

Abrogé par Décret n°2021-571 du 10 mai 2021 – art. 104
Modifié par Décret n°2012-170 du 3 février 2012 – art. 18
Modifié par Décret n°2012-170 du 3 février 2012 – art. 7

Si un membre du comité mentionné à l’article 37 constate, notamment par l’intermédiaire d’un agent qui s’est retiré d’une situation de travail définie au premier alinéa de l’article 5-1, qu’il existe une cause de danger grave et imminent, il en avise immédiatement l’autorité territoriale et consigne cet avis dans le registre établi dans les conditions fixées à l’article 5-3.

Il est procédé à une enquête immédiate par l’autorité territoriale, en compagnie du membre du comité mentionné à l’article 37 ayant signalé le danger. L’autorité territoriale prend les mesures nécessaires pour remédier à la situation et informe le comité des décisions prises.

En cas de divergence sur la réalité du danger ou la façon de le faire cesser, le comité mentionné à l’article 37 est réuni en urgence dans un délai n’excédant pas vingt-quatre heures. L’inspecteur du travail est informé de cette réunion et peut y assister.

En cas de désaccord persistant, après l’intervention du ou des agents mentionnés à l’article 5, l’autorité territoriale ainsi que la moitié au moins des représentants titulaires du personnel au sein du comité mentionné à l’article 37 peuvent solliciter l’intervention de l’inspection du travail.

Peuvent être sollicitées, dans les mêmes conditions, l’intervention, dans leurs domaines d’attribution respectifs, d’un membre du corps des vétérinaires inspecteurs ou du corps des médecins inspecteurs de la santé et du corps des médecins inspecteurs régionaux du travail et de la main-d’oeuvre ainsi que l’intervention du service de la sécurité civile.

L’intervention prévue aux alinéas 4 et 5 du présent article donne lieu à un rapport adressé conjointement à l’autorité territoriale, au comité mentionné à l’article 37 et à l’agent mentionné à l’article 5. Ce rapport indique, s’il y a lieu, les manquements en matière d’hygiène et de sécurité et les mesures proposées pour remédier à la situation.

L’autorité territoriale adresse dans les quinze jours à l’auteur du rapport une réponse motivée indiquant :

– les mesures prises immédiatement après l’enquête prévue au premier alinéa du présent article ;

– les mesures prises à la suite de l’avis émis par le comité mentionné à l’article 37 réuni en urgence ;

– les mesures prises au vu du rapport ;

– les mesures qu’elle va prendre et le calendrier de leur mise en oeuvre.

L’autorité territoriale communique, dans le même délai, copie de sa réponse au comité mentionné à l’article 37 ainsi qu’à l’agent mentionné à l’article 5.

Article 5-3

Abrogé par Décret n°2021-571 du 10 mai 2021 – art. 104
Modifié par Décret n°2012-170 du 3 février 2012 – art. 18

Les avis mentionnés au premier alinéa de l’article 5-2 sont consignés dans un registre spécial coté et ouvert au timbre du comité mentionné à l’article 37. Sous la responsabilité de l’autorité territoriale, ce registre est tenu à la disposition des membres de ce comité et de tout agent qui est intervenu en application de l’article 5-2.

Tout avis figurant sur le registre doit être daté et signé et comporter l’indication des postes de travail concernés, de la nature du danger et de sa cause, du nom de la ou des personnes exposées. Les mesures prises par l’autorité territoriale y sont également consignées.

Article 5-4

Modifié par Décret n°2012-170 du 3 février 2012 – art. 18

Le régime de réparation applicable en cas de faute inexcusable de l’employeur définie à l’article L. 452-1 du code de la sécurité sociale est de droit pour les agents relevant du régime général de la sécurité sociale ou du régime de la mutualité sociale agricole qui seraient victimes d’un accident du travail ou d’une maladie professionnelle alors qu’eux-mêmes ou un membre du comité mentionné à l’article 37 avaient signalé au chef du service ou à son représentant le risque qui s’est matérialisé.

TITRE Ier BIS : Règles relatives à la santé et à la sécurité des jeunes d’au moins quinze ans et de moins de dix-huit ans, en situation de formation professionnelle

Article 5-5

Modifié par Décret n°2022-551 du 13 avril 2022 – art. 21

Pour l’application du présent titre, l’autorité territoriale d’accueil est la collectivité ou l’établissement public qui emploie ou accueille en stage des jeunes en situation de formation professionnelle.

L’autorité territoriale d’accueil peut, pour une durée de trois ans à compter de la délibération de dérogation mentionnée à l’article 5-6, affecter des jeunes âgés d’au moins quinze ans et de moins de dix-huit ans, se trouvant dans une des situations de formation professionnelle énumérées aux alinéas 1° à 3° de l’article R. 4153-39 du code du travail , aux travaux interdits susceptibles de dérogation mentionnés à la section 2 du chapitre III du titre V du livre Ier de la quatrième partie réglementaire du code du travail, sous réserve de satisfaire aux conditions suivantes :

1° Avoir procédé à l’évaluation prévue aux articles L. 4121-3 et suivants de ce code, notamment élaboré et mis à jour le document unique d’évaluation des risques professionnels, comprenant une évaluation des risques existants pour les jeunes et liés à leur travail ; cette évaluation est préalable à l’affectation des jeunes à leur poste de travail ;

2° Avoir, à la suite de cette évaluation, mis en œuvre les actions de prévention prévues au deuxième alinéa de l’article L. 4121-3 du même code ;

3° Avant toute affectation du jeune à ces travaux :

a) Pour l’autorité territoriale d’accueil, en application de l’article 6 du présent décret, avoir informé le jeune sur les risques pour sa santé et sa sécurité et les mesures prises pour y remédier et lui avoir dispensé la formation à la sécurité en s’assurant qu’elle est adaptée à son âge, son niveau de formation et son expérience professionnelle ;

b) Pour le chef d’établissement d’enseignement, tel que défini à l’article R. 4153-38 du même code, lui avoir dispensé la formation à la sécurité prévue dans le cadre de sa formation professionnelle, adaptée à son âge, son niveau de formation et son expérience professionnelle et en avoir organisé l’évaluation.

4° Assurer l’encadrement du jeune en formation par une personne compétente durant l’exécution de ces travaux ;

5° Avoir obtenu, pour chaque jeune, la délivrance d’un avis médical relatif à la compatibilité de l’état de santé de celui-ci avec l’exécution des travaux susceptibles de dérogation. Cet avis médical est délivré chaque année soit par le médecin du travail, soit par le médecin chargé du suivi médical des élèves et des étudiants ou des stagiaires de la formation professionnelle.

Article 5-6

Création Décret n°2016-1070 du 3 août 2016 – art. 2

Préalablement à l’affectation des jeunes aux travaux interdits susceptibles de dérogation mentionnés à l’article 5-5 du présent décret et sous réserve d’avoir satisfait aux obligations prévues aux 1° et 2° de l’article 5-5, une délibération est prise en ce sens par l’organe délibérant de l’autorité territoriale d’accueil. Cette délibération précise :

1° Le secteur d’activité de l’autorité territoriale d’accueil ;

2° Les formations professionnelles assurées ;

3° Les différents lieux de formation connus ;

4° Les travaux interdits susceptibles de dérogation nécessaires à la formation professionnelle et sur lesquels porte la délibération ainsi que, le cas échéant, les machines mentionnées à l’ article D. 4153-28 du code du travail dont l’utilisation par les jeunes est requise pour effectuer ces travaux et, en cas d’exécution de travaux de maintenance, les travaux en cause et les équipements de travail mentionnés à l’article D. 4153-29 du même code ;

5° La qualité ou la fonction de la ou des personnes compétentes chargées d’encadrer les jeunes pendant l’exécution des travaux précités.

Article 5-7

Création Décret n°2016-1070 du 3 août 2016 – art. 2

Le projet de délibération prévu à l’article 5-6 est élaboré par l’autorité territoriale en lien avec l’assistant ou le conseiller de prévention compétent.

La délibération est transmise pour information aux membres du comité d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail compétent et adressée, concomitamment, par tout moyen conférant date certaine, à l’agent chargé d’assurer les fonctions d’inspection compétent.

Article 5-8

Création Décret n°2016-1070 du 3 août 2016 – art. 2

La décision de dérogation est renouvelable tous les trois ans suivant la même procédure.

Article 5-9

Création Décret n°2016-1070 du 3 août 2016 – art. 2

En cas de modification des informations mentionnées aux 1°, 2° ou 4° de l’article 5-6, ces informations sont actualisées et communiquées à l’agent chargé d’assurer les fonctions d’inspection compétent par tout moyen conférant date certaine, dans un délai de huit jours à compter des changements intervenus.

Article 5-10

Création Décret n°2016-1070 du 3 août 2016 – art. 2

En cas de modification des informations mentionnées aux 3° ou 5° de l’article 5-6, ces informations sont tenues à la disposition de l’agent chargé d’assurer les fonctions d’inspection compétent.

Article 5-11

Création Décret n°2016-1070 du 3 août 2016 – art. 2

L’autorité territoriale d’accueil tient à disposition de l’agent chargé d’assurer les fonctions d’inspection compétent, à compter de l’affectation de chaque jeune aux travaux en cause, les informations relatives :

1° Aux prénoms, nom et date de naissance du jeune ;

2° A la formation professionnelle suivie, à sa durée et aux lieux de formation connus ;

3° A l’avis médical mentionné au 5° de l’article 5-5 ;

4° A l’information et à la formation à la sécurité prévues à l’article 6, dispensées au jeune ;

5° Aux prénoms, nom et qualité ou fonction de la personne ou des personnes compétentes chargées d’encadrer le jeune pendant l’exécution des travaux en cause.

Article 5-12

Création Décret n°2016-1070 du 3 août 2016 – art. 2

Sans préjudice des dispositions des articles 5-1 à 5-4, si les membres du comité d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail constatent, directement ou après avoir été alertés, un manquement à la délibération mentionnée à l’article 5-6 ou un risque grave pour la santé ou la sécurité du jeune dans l’exercice des travaux qu’il effectue, ils sollicitent l’intervention de l’agent chargé des fonctions d’inspection.

Après son intervention, l’agent chargé des fonctions d’inspection établit un rapport qu’il adresse conjointement à l’autorité territoriale et au comité d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail. Ce rapport indique, s’il y a lieu, les manquements en matière d’hygiène et de sécurité et les mesures proposées pour remédier à la situation. En cas d’urgence, l’agent chargé des fonctions d’inspection demande à l’autorité territoriale de suspendre l’exécution par le jeune des travaux en cause.

L’autorité territoriale adresse dans les quinze jours une réponse motivée à l’agent chargé des fonctions d’inspection indiquant les mesures immédiates qui ont fait suite au rapport ainsi que les mesures qu’elle compte prendre, accompagnées d’un calendrier. Une copie est communiquée au comité d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail.

Si le manquement à la délibération mentionnée à l’article 5-6 ou le risque grave est avéré, le jeune n’est pas affecté aux travaux en cause jusqu’à la régularisation de la situation.

TITRE II : Formation en matière d’hygiène et de sécurité

Article 6

Modifié par Décret n°2022-551 du 13 avril 2022 – art. 2

En application du du 2° de l’article L. 422-21 du code général de la fonction publique une formation pratique et appropriée en matière d’hygiène et de sécurité est organisée :

1° Lors de l’entrée en fonctions des agents ;

2° Lorsque par suite d’un changement de fonctions, de techniques, de matériel ou d’une transformation des locaux, les agents se trouvent exposés à des risques nouveaux ;

3° En cas d’accident de service grave ou de maladie professionnelle ou à caractère professionnel grave ayant entraîné mort d’homme, ou paraissant devoir entraîner une incapacité permanente, ou ayant révélé l’existence d’un danger grave, même si les conséquences ont pu en être évitées ;

4° En cas d’accident de service ou de maladie professionnelle ou à caractère professionnel présentant un caractère répété à un même poste de travail, ou à des postes de travail similaires, ou dans une même fonction, ou des fonctions similaires.

A la demande du service de médecine préventive, une formation à l’hygiène et à la sécurité peut être également organisée au profit des agents qui reprennent leur activité après un arrêt de travail consécutif à un accident de service ou à une maladie professionnelle.

Dans chaque service où sont effectués des travaux dangereux, un ou plusieurs agents doivent avoir reçu obligatoirement la formation nécessaire pour donner les premiers secours en cas d’urgence.

La formation en matière d’hygiène et de sécurité est au nombre des actions prévues par l’article L. 422-21 du code général de la fonction publique.

Article 7

Modifié par Décret n°2000-542 du 16 juin 2000 – art. 8 ()

La formation à l’hygiène et à la sécurité a pour objet d’instruire l’agent des précautions à prendre pour assurer sa propre sécurité, celle de ses collègues de travail et, le cas échéant, celle des usagers du service.

Cette formation, normalement dispensée sur les lieux de travail, porte en particulier sur les conditions de circulation sur les lieux de travail et, notamment, les issues et dégagements de secours, les conditions d’exécution du travail et, notamment, les comportements à observer aux différents postes de travail et le fonctionnement des dispositifs de protection et de secours, et les dispositions à prendre en cas d’accident ou de sinistre ainsi que les responsabilités encourues.

Article 8

Abrogé par Décret n°2021-571 du 10 mai 2021 – art. 104
Modifié par Décret n°2016-1624 du 29 novembre 2016 – art. 2

Les représentants du personnel dans les organismes compétents en matière d’hygiène, de sécurité et de conditions de travail régis par le titre IV bénéficient d’une formation d’une durée minimale de cinq jours au cours du premier semestre de leur mandat. Cette formation est renouvelée à chaque mandat.


Elle est organisée dans les conditions définies par le décret n° 2007-1845 du 26 décembre 2007 relatif à la formation professionnelle tout au long de la vie des agents de la fonction publique territoriale.


Son contenu répond à l’objet défini aux articles R. 4614-21 et R. 4614-23 du code du travail.


Elle est dispensée soit par un organisme figurant sur la liste arrêtée par le préfet de région en application de l’article R. 2325-8 du code du travail, soit par un des organismes figurant sur la liste arrêtée en application de l’article 1er du décret n° 85-552 du 22 mai 1985 relatif à l’attribution aux agents de la fonction publique territoriale du congé pour formation syndicale, soit par le Centre national de la fonction publique territoriale selon les modalités prévues à l’article 23 de la loi du 12 juillet 1984 susvisée.


L’employeur prend en charge les frais de déplacement et de séjour des agents en formation dans les conditions prévues par le décret n° 2001-654 du 19 juillet 2001 fixant les conditions et les modalités de règlements des frais occasionnés par les déplacements des personnels des collectivités locales et établissements publics mentionnés à l’article 2 de la loi n° 84-53 du 26 janvier 1984 modifiée portant dispositions statutaires relatives à la fonction publique territoriale et abrogeant le décret n° 91-573 du 19 juin 1991.


Pour deux des jours de formation, le représentant du personnel bénéficie du congé pour formation en matière d’hygiène et de sécurité au travail prévu au 7° bis de l’article 57 de la loi du 26 janvier 1984 susvisée dans les conditions prévues à l’article 8-1 du présent décret.

Article 8-1

Abrogé par Décret n°2021-571 du 10 mai 2021 – art. 104
Modifié par Décret n°2019-301 du 10 avril 2019 – art. 8

Le congé pour formation en matière d’hygiène, de sécurité et de conditions de travail prévu au 7° bis de l’article 57 de la loi du 26 janvier 1984 précitée ne peut être accordé que pour suivre une formation prévue à l’article précédent et dans les conditions qu’il prévoit sous réserve des dispositions du présent article.

Ce congé, d’une durée maximale de deux jours ouvrables, peut être utilisé en deux fois.

L’agent choisit la formation et, parmi les organismes visés au quatrième alinéa de l’article 8, l’organisme de formation.

La demande de congé est adressée par écrit à l’autorité territoriale au moins un mois avant le début de la formation. La demande précise la date à laquelle l’agent souhaite prendre son congé ainsi que le descriptif et le coût de la formation, le nom et l’adresse de l’organisme de formation choisis par l’agent.

Le bénéfice de ce congé ne peut être refusé par l’autorité territoriale que si les nécessités du service s’y opposent. Les décisions de refus sont communiquées avec leurs motifs à la commission administrative paritaire au cours de la réunion la plus prochaine qui suit l’intervention de ces décisions. L’autorité territoriale saisie est tenue de répondre à la demande de l’agent au plus tard le quinzième jour qui précède le début de la formation.

Les dépenses afférentes à la formation suivie pendant le congé sont prises en charge par l’autorité territoriale dans les conditions prévues à l’article R. 2315-21 du code du travail.

A son retour de congé, l’agent remet à l’autorité territoriale dont il relève une attestation délivrée par l’organisme de formation constatant son assiduité. En cas d’absence sans motif valable, l’agent est tenu de rembourser à la collectivité territoriale les dépenses prises en charge en application de l’alinéa précédent.

Article 9

La formation à l’hygiène et à la sécurité se déroule pendant les heures de service. Le temps passé à cette formation est considéré comme temps de service.

TITRE III : Médecine professionnelle et préventive

Article 10

Modifié par Décret n°2022-551 du 13 avril 2022 – art. 22

Les collectivités et établissements visés à l’article 1er disposent d’un service de médecine préventive dans les conditions définies aux articles L. 812-3 à L. 812-5 du code général de la fonction publique.

CHAPITRE I : Organisation des services de médecine préventive

Article 11

Modifié par Décret n°2022-551 du 13 avril 2022 – art. 3

I.-Les missions du service de médecine préventive sont assurées par les membres d’une équipe pluridisciplinaire animée et coordonnée par un médecin du travail appartenant :

-soit au service créé par la collectivité ou l’établissement ;

-soit à un service commun à plusieurs employeurs publics ;

-soit au service créé par le centre de gestion de la fonction publique territoriale ;

-soit à un service de santé au travail régi par le titre II du livre VI de la quatrième partie du code du travail avec lequel la collectivité ou l’établissement passe une convention après avis du comité mentionné à l’article 37. Dans ce cas, les articles du code du travail régissant les organes de surveillance et de consultation des services de santé au travail interentreprises ne s’appliquent pas et le comité d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail compétent est informé pour avis de l’organisation et des modalités de fonctionnement de ce secteur médical ;

-soit à un service de santé au travail en agriculture prévu à l’article L. 717-2 du code rural avec lequel l’autorité territoriale passe une convention dans les conditions prévues par l’article R. 717-38 du même code ;

-soit, à défaut, à un organisme à but non lucratif dont l’objet social couvre la médecine du travail, et avec lequel la collectivité ou l’établissement conclut une convention, après avis du comité mentionné à l’article 37.

Le service de médecine préventive dispose des locaux, matériels et équipements lui permettant d’assurer ses missions.

Les médecins peuvent être assistés par du personnel infirmier et, le cas échéant, par du personnel de secrétariat médico-social.

Le service de médecine de prévention peut accueillir des collaborateurs médecins dans les conditions prévues à l’article R. 4623-25, aux alinéas premiers des articles R. 4623-25-1 et R. 4623-25-2 du code du travail. Il peut également accueillir des internes en médecine du travail.

II.-Afin d’assurer la mise en œuvre des compétences médicales, paramédicales, techniques et organisationnelles nécessaires à la prévention des risques professionnels et à l’amélioration des conditions de travail, les services de médecine préventive peuvent faire appel aux côtés du médecin du travail et des infirmiers en santé au travail et de secrétariat médico-social, à des professionnels de la santé au travail ou à des organismes possédant des compétences dans ces domaines.

Les professionnels de santé au travail mentionnés au présent décret peuvent recourir, pour l’exercice de leurs missions, à des pratiques médicales à distance utilisant les technologies de l’information et de la communication. Préalablement au recours à ces pratiques, l’agent en est informé et son consentement est recueilli par écrit. Les conditions de mise en œuvre de ces pratiques assurent le respect de la confidentialité.


Il appartient au médecin du travail d’évaluer, dans le cadre de sa mission d’animation et de coordination du service, l’opportunité de la téléconsultation en médecine du travail, notamment au regard du motif de la visite, des moyens du service et du poste d’affectation des agents.

Le service de médecine préventive ainsi constitué est placé sous la responsabilité de l’autorité territoriale ; il est animé et coordonnée par le médecin du travail. L’indépendance des personnes et organismes associés extérieurs à l’administration est garantie dans le cadre d’une convention qui précise :

1° Les actions qui leur sont confiées et les modalités de leur exercice ;

2° Les moyens mis à leur disposition ainsi que les règles assurant leur accès aux lieux de travail et les conditions d’accomplissement de leurs missions, notamment celles propres à assurer la libre présentation de leurs observations ou propositions.

Les services sociaux peuvent être associés à la mise en œuvre des actions menées par l’équipe pluridisciplinaire.

Article 11-1

Modifié par Décret n°2022-551 du 13 avril 2022 – art. 21

Le temps minimal que le médecin du travail doit consacrer à ses missions est fixé à une heure par mois :

-pour vingt agents ;

-dix agents appartenant aux catégories mentionnées à l’article 21.

Article 11-2

Modifié par Décret n°2022-551 du 13 avril 2022 – art. 4

Le médecin du travail exerce son activité médicale, en toute indépendance et dans le respect des dispositions du code de la santé publique. Le médecin du travail agit dans l’intérêt exclusif de la santé et de la sécurité des agents dont il assure la surveillance médicale. Ce médecin ne peut être chargé des visites d’aptitude physique prévues à l’article 10 du décret n° 87-602 du 30 juillet 1987 pris pour l’application de la loi n° 84-53 du 26 janvier 1984 portant dispositions statutaires relatives à la fonction publique territoriale et relatif à l’organisation des conseils médicaux, aux conditions d’aptitude physique et au régime des congés de maladie des fonctionnaires territoriaux. Il ne peut être médecin de contrôle.

Sans préjudice des missions des médecins chargés des visites d’aptitude physique, le médecin du travail peut formuler un avis ou émettre des propositions lors de l’affectation de l’agent au poste de travail au vu de ses particularités et au regard de l’état de santé de l’agent.

Dans ce cas, les rôles respectifs du médecin du travail et du médecin agréé s’exercent de façon complémentaire : le médecin agréé vérifie l’aptitude à l’exercice d’un emploi public correspondant aux fonctions postulées ; le médecin du travail vérifie la compatibilité de l’état de santé de l’agent avec les conditions de travail liées au poste occupé par l’agent.

Le médecin du travail reçoit de l’autorité territoriale, de celle du centre de gestion lorsqu’il appartient à celui-ci, une lettre de mission précisant les services pour lesquels il est compétent, les objectifs de ses fonctions, les conditions d’exercice de ses missions ainsi que le temps de travail à accomplir.

Lorsque l’autorité territoriale décide de ne pas renouveler l’engagement d’un médecin du travail, pour un motif tiré du changement dans les modalités d’organisation et de fonctionnement du service de médecine de prévention, elle en informe le comité d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail en lui communiquant les raisons de ce changement.

En cas de rupture du lien contractuel pour un motif disciplinaire ou lié à la personne du médecin, cette rupture ne peut intervenir qu’après avis du comité mentionné à l’article 37. L’autorité territoriale met en outre l’intéressé en mesure de consulter son dossier. Le médecin doit faire l’objet d’une convocation écrite lui indiquant l’objet de celle-ci. Au cours de l’entretien, l’autorité territoriale est tenue d’indiquer le ou les motifs de la décision envisagée et de recueillir les observations de l’intéressé. L’avis émis par le comité est communiqué sans délai au médecin ainsi qu’à l’autorité territoriale, qui statue par décision motivée. L’autorité territoriale informe le comité de sa décision.


En cas de faute professionnelle d’ordre déontologique, l’autorité administrative engage la procédure prévue à l’article L. 4124-2 du code de la santé publique. Elle peut suspendre le lien contractuel avec le médecin du travail en attendant la décision du conseil de l’ordre des médecins.

Article 12

Modifié par Décret n°2022-551 du 13 avril 2022 – art. 5

Tout docteur en médecine, pour être engagé dans un service de médecine préventive, doit être titulaire de l’un des diplômes, titres ou certificats exigés pour exercer les fonctions de médecin du travail et dont la liste est fixée par l’article R. 4623-2 du code du travail ou d’autres titres reconnus équivalents dans les conditions prévues par l’article 13 du décret n° 82-453 du 28 mai 1982 relatif à l’hygiène et à la sécurité du travail ainsi qu’à la prévention médicale dans la fonction publique.

Toutefois ce certificat n’est pas exigé des médecins en fonctions dans un service de médecine professionnelle ou de médecine préventive à la date de publication du présent décret.

L’autorité territoriale organise l’accès des médecins du travail à la formation continue.


Elle leur permet également de satisfaire à leur obligation de développement professionnel continu.

Article 13

Dans chaque service où sont exécutés des travaux dangereux, un ou plusieurs agents doivent avoir reçu obligatoirement l’instruction nécessaire pour donner les premiers secours en cas d’urgence.

Article 13-1

Création Décret n°2022-551 du 13 avril 2022 – art. 7

Le médecin du travail fixe les objectifs et modalités de fonctionnement du service de médecine préventive dans un protocole formalisé applicable :


1° Aux collaborateurs médecins ;


2° Aux infirmiers.


Les activités des autres membres de l’équipe pluridisciplinaire font également l’objet d’une formalisation écrite.


Pour les professions dont les conditions d’exercice relèvent du code de la santé publique, ces activités sont exercées dans la limite des compétences respectives des professionnels de santé déterminées par les dispositions de ce code.

CHAPITRE II : Missions des services de médecine préventive

SECTION I : Action sur le milieu professionnel

Article 14

Modifié par Décret n°2022-551 du 13 avril 2022 – art. 8

Le service de médecine préventive conseille l’autorité territoriale, les agents et leurs représentants en ce qui concerne notamment :


1° L’amélioration des conditions de vie et de travail dans les services ;


2° L’évaluation des risques professionnels ;


3° La protection des agents contre l’ensemble des nuisances et les risques d’accidents de service ou de maladie professionnelle ou à caractère professionnel ;


4° L’adaptation des postes, des techniques et des rythmes de travail à la physiologie humaine, en vue de contribuer au maintien dans l’emploi des agents ;


5° L’hygiène générale des locaux de service ;


6° L’hygiène dans les restaurants administratifs ;


7° L’information sanitaire.

Article 14-1

Modifié par Décret n°2022-551 du 13 avril 2022 – art. 9

Dans chaque service d’une collectivité territoriale et dans chaque établissement public relevant d’une collectivité territoriale ou établissement public des collectivités territoriales entrant dans le champ d’application du présent décret, le médecin du travail établit et tient à jour, en liaison avec l’agent désigné en application de l’article L. 812-1 du code général de la fonction publique et après consultation du comité mentionné à l’article 37, une fiche sur laquelle sont consignés les risques professionnels propres au service et les effectifs d’agents exposés à ces risques.

Le médecin du travail a accès aux informations lui permettant d’établir la fiche des risques professionnels mentionnée ci-dessus. Cette fiche est établie dans les conditions prévues par le code du travail. Elle est communiquée à l’autorité territoriale, qui l’annexe au document unique d’évaluation des risques professionnels . Elle est tenue à la disposition des agents mentionnés à l’article 5. Elle est présentée au comité mentionné à l’article 37, en même temps que le rapport annuel du médecin du travail prévu aux articles 26 et 51.

Le comité mentionné à l’article 37 est, en outre, régulièrement informé de l’évolution des risques professionnels entrant dans son champ de compétence.

Article 14-2

Modifié par Décret n°2022-551 du 13 avril 2022 – art. 21

Le médecin du travail assiste de plein droit aux séances du comité mentionné à l’article 37 avec voix consultative.

Article 14-3

Création Décret n°2022-551 du 13 avril 2022 – art. 10

Le médecin du travail signale par écrit, à l’autorité territoriale, les risques pour la santé des agents qu’il constate et qui sont en rapport avec le milieu de travail.

Article 15

Modifié par Décret n°2022-551 du 13 avril 2022 – art. 11

Le service de médecine préventive est associé aux actions de formation à l’hygiène et à la sécurité prévues au titre II.

Article 16

Modifié par Décret n°2008-339 du 14 avril 2008 – art. 2

Le service de médecine préventive est consulté sur les projets de construction ou aménagements importants des bâtiments administratifs et techniques et de modifications apportées aux équipements ainsi que ceux liés aux nouvelles technologies. Il peut procéder à toute étude et soumettre des propositions.

Il formule des propositions sur l’accessibilité des locaux aux agents handicapés.

Article 17

Modifié par Décret n°2022-551 du 13 avril 2022 – art. 12

Le service de médecine préventive est obligatoirement informé, avant toute utilisation de substances ou produits dangereux, de la composition de ces produits et de la nature de ces substances, ainsi que de leurs modalités d’emploi.

L’autorité territoriale transmet au médecin du travail les fiches de données de sécurité délivrées par les fournisseurs de ces produits.

Article 18

Modifié par Décret n°2008-339 du 14 avril 2008 – art. 2

Le service de médecine préventive peut demander à l’autorité territoriale de faire effectuer des prélèvements et des mesures aux fins d’analyses. Le refus de celle-ci doit être motivé. Le service de médecine préventive informe l’organisme compétent en matière d’hygiène et de sécurité, en application du titre IV du présent décret des résultats de toutes mesures et analyses.

Article 19

Modifié par Décret n°2008-339 du 14 avril 2008 – art. 2

Le service de médecine préventive participe aux études et enquêtes épidémiologiques.

Article 19-1

Modifié par Décret n°2022-551 du 13 avril 2022 – art. 13

Le médecin du travail doit consacrer à sa mission en milieu de travail au moins un tiers du temps dont il dispose.


Les membres de l’équipe pluridisciplinaire participent aux actions sur le milieu de travail dans les conditions fixées à l’article 13-1.


Tous ont libre accès aux lieux et aux locaux de travail.

SECTION II : Surveillance médicale des agents

Article 20

Modifié par Décret n°2022-551 du 13 avril 2022 – art. 14

Les agents des collectivités et établissements mentionnés à l’article 1er bénéficient d’une visite d’information et de prévention au minimum tous les deux ans.


Cette visite peut être réalisée par le médecin du travail, un collaborateur médecin ou un infirmier dans le cadre d’un protocole formalisé mentionné à l’article 13-1.


La visite d’information et de prévention a pour objet :


1° D’interroger l’agent sur son état de santé ;


2° De l’informer sur les risques éventuels auxquels l’expose son poste de travail ;


3° De le sensibiliser sur les moyens de prévention à mettre en œuvre ;


4° D’identifier si son état de santé ou les risques auxquels il est exposé nécessitent une orientation vers le médecin du travail ;


5° De l’informer sur les modalités de suivi de son état de santé par le service et sur la possibilité dont il dispose, à tout moment, de bénéficier d’une visite à sa demande avec le médecin du travail.


A l’issue de toute visite d’information et de prévention, si elle n’est pas réalisée par le médecin du travail, le professionnel de santé qui a effectué cette visite peut, s’il l’estime nécessaire, orienter sans délai l’agent vers le médecin du travail dans le respect du protocole précité. Il informe l’agent de la possibilité d’être reçu par un médecin du travail.


Les agents fournissent à leur administration la preuve qu’ils ont satisfait à cette obligation.


Pour les fonctionnaires territoriaux nommés dans plusieurs emplois permanents à temps non complet, cette visite d’information et de prévention se déroule dans la collectivité qui emploie le fonctionnaire pendant la quotité horaire hebdomadaire la plus longue.

Article 21

Modifié par Décret n°2022-551 du 13 avril 2022 – art. 15

En sus de la visite d’information et de prévention prévue à l’article 20, le médecin du travail exerce une surveillance médicale particulière à l’égard :

– des personnes en situation de handicap ;

– des femmes enceintes, venant d’accoucher ou allaitantes ;

– des agents réintégrés après un congé de longue maladie ou de longue durée ;

– des agents occupant des postes dans des services comportant des risques spéciaux ;

– des agents souffrant de pathologies particulières.

Le médecin du travail définit la fréquence et la nature du suivi que comporte cette surveillance médicale. Ces visites présentent un caractère obligatoire.

Article 21-1

Création Décret n°2022-551 du 13 avril 2022 – art. 16

Indépendamment du suivi prévu aux articles 20 et 21, l’agent peut bénéficier à sa demande d’une visite avec le médecin du travail ou un membre du service de médecine préventive sans que l’administration ait à en connaître le motif.

Article 21-2

Création Décret n°2022-551 du 13 avril 2022 – art. 16

L’autorité territoriale peut demander au médecin du travail de recevoir un agent. Elle doit informer l’agent de cette démarche.

Article 22

Modifié par Décret n°2022-551 du 13 avril 2022 – art. 17

Le médecin du travail peut réaliser, prescrire ou recommander les examens complémentaires nécessaires :


1° A la détermination de la compatibilité entre le poste de travail et l’état de santé de l’agent, notamment au dépistage des affections pouvant entraîner une contre-indication à ce poste de travail ;


2° Au dépistage d’une maladie professionnelle ou à caractère professionnel susceptible de résulter de l’activité professionnelle de l’agent ;


3° Au dépistage des maladies dangereuses pour l’entourage professionnel de l’agent.


La prise en charge financière des frais occasionnés par ces examens incombe à l’employeur.


Dans le respect du secret médical, il informe l’autorité territoriale de tout risque d’épidémie.

Article 23

Modifié par Décret n°2022-551 du 13 avril 2022 – art. 18

Des autorisations d’absence sont accordées par l’autorité territoriale pour permettre aux agents de bénéficier des examens médicaux et des visites avec le médecin ou un autre membre de l’équipe pluridisciplinaire prévus aux articles 20,21,21-1,21-2 et 22.

Article 24

Modifié par Décret n°2022-551 du 13 avril 2022 – art. 19

Le médecin du travail est seul habilité à proposer des aménagements de poste de travail ou de conditions d’exercice des fonctions, justifiés par l’âge, la résistance physique ou l’état de santé des agents.

Il peut également proposer des aménagements temporaires de postes de travail ou de conditions d’exercice des fonctions au bénéfice des femmes enceintes, venant d’accoucher ou allaitantes.

Lorsque l’autorité territoriale ne suit pas l’avis du service de médecine préventive, sa décision doit être motivée par écrit et le comité d’hygiène ou, à défaut, le comité technique doit en être tenu informé.

En cas de contestation par les agents intéressés des propositions formulées par le médecin du travail, l’autorité territoriale peut saisir pour avis le médecin inspecteur du travail territorialement compétent.

Article 25

Modifié par Décret n°2008-339 du 14 avril 2008 – art. 2

Le service de médecine préventive est informé par l’autorité territoriale dans les plus brefs délais de chaque accident de service et de chaque maladie professionnelle ou à caractère professionnel.

Article 26

Modifié par Décret n°2008-339 du 14 avril 2008 – art. 2

Le service de médecine préventive établit chaque année un rapport d’activité qui est transmis à l’autorité territoriale et à l’organisme compétent en matière d’hygiène et de sécurité.

Un exemplaire en est transmis au centre de gestion qui établit un rapport de synthèse de l’ensemble des rapports d’activité qu’il a reçus et le transmet au Conseil supérieur de la fonction publique territoriale.

Article 26-1

Modifié par Décret n°2022-551 du 13 avril 2022 – art. 20

Un dossier médical en santé au travail est constitué sous la responsabilité du médecin du travail dans les conditions prévues à l’article L. 4624-8 du code du travail. La tenue de ce dossier garantit le respect des règles de confidentialité et du secret professionnel. Lors du premier examen médical, le médecin du travail retrace, dans le respect des dispositions prévues aux articles L. 1110-4 et L. 1111-7 du code de la santé publique, les informations relatives à l’état de santé de l’agent ainsi que les avis des différentes instances médicales formulés en application de l’article L. 826-3 et de l’article L. 826-12 du code général de la fonction publique.

Le modèle du dossier médical, la durée et les conditions de sa conservation sont fixés par l’arrêté mentionné à l’article 28-2 du décret n° 82-453 du 28 mai 1982 relatif à l’hygiène et à la sécurité du travail ainsi qu’à la prévention médicale dans la fonction publique.

En cas de changement de service de médecine préventive assurant le suivi d’un agent, son dossier médical en santé au travail est communiqué au médecin du travail pour assurer la continuité de la prise en charge, sous réserve du recueil par écrit du consentement préalable de l’agent.